L’avenir du rouleau de carton perforé ou comment affronter l’après-crise.

La crise du Covid-19 a représenté une expérience unique pour nous tous. Le plus grand défi a été de nous confronter avec notre façon de fonctionner au quotidien. Le plus souvent, nous avions gravé sur un rouleau en carton perforé un certain nombre de mélodies que nous avions pris l’habitude de faire exécuter à notre piano mécanique. Le Coronavirus est venu brutalement nous montrer que souvent nous n’étions pas vraiment aux commandes. Le carton perforé se déroulait sans tenir compte du contexte. Dans cette situation inédite la mélodie exécutée par le carton est devenue dissonante, dérangeante.

L’état d’urgence a engendré une cacophonie de réactions : déni, peur, désarroi, attitudes téméraires ou excès de prudence. Nous nous sommes retrouvés brusquement devant le choix entre le carton perforé et l’exercice de l’improvisation structurée mieux adaptée au nouveau contexte.

Nous avons dû nous réagir en très peu de temps : travail à distance, nouveaux modes de communication, nouvelles voies pour les transactions, nouvelles lignes de productions, etc.

La musique a rapidement changé. Aujourd’hui, nous revenons à ce que nous aimons appeler la « normalité ». Nous sortons de l’urgence et nous nous retrouvons dans un monde transformé. Rien ne sera jamais plus comme avant puisque les événements récents ont modifié à jamais la réalité. Ce qui était « normal » hier ne l’est plus aujourd’hui et de nombreux cartons perforés sont devenus obsolètes.

Comprendre ce qui nous a permis de surmonter la crise peut s’avérer très utile. Beaucoup d’entre nous ont trouvé des solutions brillantes et inédites, ils se sont découvert des talents qu’ils ignoraient eux-mêmes et ont développé des nouvelles habiletés. Ils ont composé des nouvelles mélodies plus libres et variées, plus en harmonie avec le monde. La souplesse et l’agilité semblent être les qualités qui ont permis cet exploit. Or, elles ne s’accordent pas avec le rouleau perforé qui est rigide par nature. 

Maintenant que la crise est derrière nous, la plus grave erreur serait de perforer un nouveau rouleau pour passer d’une exécution automatique à l’autre. Qui sait de quoi sera faite la prochaine crise ? Le nouveau rouleau risque d’être tout aussi obsolète que l’ancien.

En quoi consistent les nouveaux paradigmes et comment avons-nous su les rendre opérationnels ? Qu’est-ce qui nous a rendu plus agiles et efficaces ? Comment avons-nous fait pour composer ces mélodies nouvelles, ces improvisations à la fois géniales et structurées ?

Les nouvelles approches de leadership et de management montrent que la créativité doit occuper une place centrale dans les processus de réflexion.

La transition de la performance à l’excellence tient à la capacité de générer des solutions inédites pour des problèmes inédits. Einstein affirmait que la folie c’est de chercher les solutions dans le même contexte qui a engendré les problèmes. Il est impossible de trouver dans le passé les réponses aux problèmes présents et futurs. Souplesse, agilité, capacité générative, créativité, tous ces mots entrent avec force dans le monde de l’entreprise et du leadership. Comprendre, modéliser et intégrer les processus qui ont permis de surmonter cette crise est possible et une expérience de coaching peut faciliter cette prise de conscience.

Le monde change. Il a déjà changé. Changeons donc la musique et approfondissons la maîtrise de l’improvisation structurée. Et que cette nouvelle musique nous accompagne dans l’approche de l’excellence par la pratique de la flexibilité.

Lire cet article dans l’AGEFI

Crédits photo : Krzysztof S pl — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=38584327

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *